Les 7 raisons pour lesquelles nous étions à Notre-Dame-des-Landes le 27 février 🗺

Ce samedi 27 février 2016, quelques écolos du 20e se levaient à 5h du matin pour se rendre en car à la manifestation qui avait lieu aux abords de Notre-Dame-des-Landes pour lutter contre le projet de construction d’un second aéroport à proximité de Nantes.

Mais pourquoi donc se lever aux aurores et aller braver le vent de février un samedi matin au lieu de rester dans son lit ?


1. L’aéroport Nantes Atlantique suffit aux besoins actuels. Comme l’ont montré de nombreux reportages, par exemple les derniers articles de Reporterre, la construction d’un nouvel aéroport ne correspond même pas à une nécessité économique.


2. La construction de l’aéroport implique la destruction d’une aire très vaste, à la fois réserve de biodiversité et terre agricole. La manifestation du 27 janvier avait d’ailleurs vocation à soutenir les habitants et cultivateurs de la zone.


3. La France compte une quantité effrayante d’aéroports. Un tiers des aéroports régionaux du continent européen se trouve en France et la plupart d’entre eux ne sont même pas rentables. France Info rappelle l’exemple de l’aéroport de Rouen-Boos, prévu pour accueillir 120 000 passagers par an mais qui n’en accueille en réalité que quelques dizaines de milliers. La montée en puissance des collectivités territoriales depuis les années 80 a conduit de nombreux députés, sénateurs ou maires à vouloir LEUR aéroport pour leur région ; aujourd’hui comme hier, cela conduit à des réalisations flatteuses mais déconnectées autant des besoins de l’économie réelle que des enjeux environnementaux.

4. Aujourd’hui, il est nécessaire de réduire le trafic aérien, non de l’augmenter. La COP21 a fixé des objectifs de réduction de gaz à effet de serre et l’on ne voit pas bien comment la France pourra tenir ses engagements si elle persiste à encourager les industries et les modes de transports les plus polluants.


5. Aujourd’hui, les terres agricoles doivent être maintenues et développées, et non détruites : sacrifier l’agriculture française pour faire venir nos denrées de pays lointains est une aberration économique, écologique et sociale dont il faut s’éloigner. Les terres agricoles en France ont reculé de 7% dans les dernières décennies et s’apprêtent à passer sous la barre des 50% du territoire.


6. Notre-Dame-des-Landes est une lutte tellement évidente qu’elle rassemble depuis des décennies toutes les associations, collectifs et partis qui défendent l’écologie. Sur place, c’est toujours un profond esprit de paix, de partage et de bienveillance qui prévaut. La mobilisation de cette fois-ci avait, été coordonnée par l’ACIPA et les associations les plus diverses étaient présentes pour défendre les terres contre la bétonnisation.


7. Notre-Dame-des-Landes est une victoire écologique : depuis quarante ans, la mobilisation de centaines d’associations, de partis et de collectifs empêche la construction d’un aéroport cher, inutile et néfaste. Cependant la lutte n’est toujours pas terminée et les procédures d’expulsion des paysans de la zone sont toujours en cours.

nddl1

nddl2

nddl3

Préservation de l'Environnement Tribune libre
Carte

Remonter