23 élu-e-s du 20e refusent de siéger

Déclaration des 23 élu-e-s de la majorité municipale du 20ème arrondissement de Paris concernant le conseil d’arrondissement du 7 novembre 2017.

Lors du dernier conseil d’arrondissement, la Maire du 20e arrondissement n’a pas soutenu les vœux adoptés par la majorité du conseil d’arrondissement pour protester contre la décision du gouvernement de supprimer les emplois aidés. Les propos tenus en conseil d’arrondissement, non démentis depuis, n’ont pas permis d’avancer vers la construction d’une position commune entre elle et la majorité municipale, sur un sujet essentiel pour le 20ème. En effet, plus de 120 emplois sont directement en jeu dans les secteurs essentiels de l’éducation, la culture, la jeunesse, la santé, le social, le sport dans le 20ème arrondissement. C’est pourquoi, nous demandons à Mme la Maire du 20e de clarifier sans la moindre ambiguïté son engagement à soutenir chacune des associations victimes des coupes opérées dans les budgets des contrats aidés.

Ce débat a révélé les divergences de fond et les problèmes de gouvernance qui nous conduisent à ne pas siéger ce soir sous sa présidence. Nous regrettons d’en arriver à cette décision grave, et de prendre ainsi à témoin les habitant-e-s de notre arrondissement. Nous considérons que les conditions ne sont pas réunies pour délibérer sereinement et craignons de nouveaux débordements verbaux de la Présidente de l’exécutif, animatrice de nos débats municipaux.

Quelles que soient ses opinions personnelles et engagements nationaux, lorsqu’elle s’exprime comme Maire du 20e, de surcroit dans l’enceinte du Conseil d’arrondissement, Mme Calandra ne peut s’éloigner à tel point des orientations politiques qui fondent la majorité municipale, et du mandat confié par les habitants de l’arrondissement pour les représenter.

De plus, malgré nos alertes répétées, nos propositions de solutions concertées, le climat municipal s’est dégradé depuis 2014 et le débat interne à la majorité réduit à néant. Cela fait plus d’un an que nous n’avons pas eu de séminaire de la majorité municipale. Les adjoint-e-s du 20ème sont de moins en moins associé-e-s à la vie de la municipalité, quand leur travail n’est pas méprisé par la maire. La réponse faite à nos divers courriers et sollicitations internes a consisté simplement à avancer de 30 minutes une réunion de préparation du conseil d’arrondissement sans ordre du jour, entretenant ainsi la confusion avec la préparation des débats municipaux.

Ce manque de dialogue, ce repli sur soi sont aussi visibles à l’échelle de l’arrondissement. Carrefour Gambetta, Maison de l’air, métallerie Grésillon… nombreux sont les exemples où le manque de dialogue, et de réponses aux inquiétudes des habitant-e-s de la part de la maire a débouché sur des situations de blocageet de crispation. A trois reprises dans la mandature, des habitant-e-s, furieux de n’avoir aucun espace de dialogue et aucune réponse à leurs questions, ont eu une attitude inappropriée lors d’unconseil municipal, conduisant les forces de l’ordre à évacuer la salle.

La Mairie doit rester notre maison commune, un lieu de rencontre et de débat, dans le respect des divergences. Nous y œuvrons au quotidien, en lien avec l’engagement pris devant les électeurs en 2014 et la politique conduite à Paris par Anne Hidalgo, pour que le 20ème reste cet espace de création, d’expression, et de solidarité qui fait sa fierté et celle de ses habitant-e-s, grâce à l’engagement des nombreux bénévoles et salariés des associations de nos quartiers.

David Assouline, Marinette Bache, Jacques Baudrier, Virginie Daspet, Karine Duchauchoi, Lamia El Aaraje, Epara Epara Epency, Jérôme Gleizes, Frédéric Guerrien, Antoinette Guhl, Florence Herrero, Abdellaziz Hmoudane, Frédéric Hocquard, Anne-Charlotte Keller, Charlotte Laurent, Loïk Le Borgne, Nathalie Maquoi, Raphaëlle Primet, Emmanuelle Rivier, Hamidou Samaké, Colette Stéphan, Hélène Vicq, Stéphane Von Gastrow.

Remonter