Conseil d’arrondissement du 12 septembre 2017
Partager

Cette séance a vu l’adoption de deux vœux importants pour notre groupe ainsi qu’une illustration de la situation compliquée dans laquelle se trouve la maire du 20e arrondissement, Frédérique Calandra.

1/ Les emplois aidés

Suite aux annonces du gouvernement concernant la suppression d’un grand nombre d’emplois aidés (300 000 contrats en 2017 ; 459 000 en 2016), nos élu-e-s ont demandé à la maire d’arrondissement d’interpeller le gouvernement et de demander un moratoire pour entamer une concertation sur l’avenir de ce dispositif, qui permet l’accomplissement de missions d’intérêt général des collectivités et des associations et constitue une opportunité précieuse pour de nombreuses personnes menacées par la grande précarité.

Notre groupe n’a pas souhaité s’associer au vœu de l’exécutif suite à un désaccord sur la manière de financer les associations qui ne tient pas compte de l’objet social. La problématique des contrats aidés ne peut être complète sans la prise en compte de cette particularité.

Au final 4 vœux ont été adoptés sur ce thème, démontrant l’éparpillement et la relative fracturation du conseil d’arrondissement car Frédérique Calandra a retiré le vœu de l’exécutif qui n’a pas été soumis au vote.

2/ L’avenir de la Maison de l’air

Ce sujet a déjà été évoqué plusieurs fois ici et les écologistes s’étaient associés au rassemblement organisé le 5 juin au Belvédère par le collectif Maison de l’air et convergence Belleville afin d’informer, de mobiliser et de faire participer les habitants aux propositions pour le lieu.
Le conseil était invité à délibérer sur une convention d’occupation du lieu afin de valider la sélection d’un « Civic Hall » (porté par « Démocratie ouverte » et « la 27eme région ») par un jury de la ville, le 29 août. Ce projet transitoire prévoit l’occupation de la Maison jusqu’à fin 2018, l’attribution définitive devant être décidée en 2018.

Notre groupe s’est abstenu considérant que le processus de consultation n’avait pas impliqué suffisamment la population. Néanmoins, au vu de l’intérêt du projet, il n’a pas été jugé opportun de s’y opposer frontalement.
Ce sujet sera débattu au Conseil de Paris à partir du 25 septembre.

3/ L’équilibre des forces au conseil d’arrondissement

Cette séance a montré que Mme Calandra ne pouvait plus véritablement compter sur une majorité solide suite notamment à son soutien à la candidature aux sénatoriales à la liste « En Marche » menée par J. Bargeton, élu PS du 20ème et adjoint de la Maire de Paris chargé des finances.
De fait, le groupe élu sous l’étiquette PS se retrouve séparé en 3. Grosso modo, il s’agit des ex-frondeurs (« Hamonistes »), des socialistes macron-compatibles et des autres.
Par ailleurs, es autres membres de la majorité (écologistes et communistes) se retrouvent difficilement dans un groupe mené par une personnalité ouvertement « macroniste ».
La majorité définie en 2014 est donc en voie d’éclatement de fait et les configurations de vote sont très variables.
Une clarification sera certainement nécessaire après les sénatoriales.