Retour sur le Conseil d’arrondissement du 29 novembre 2016 🗺
Partager

C’est dans la salle des fêtes de la mairie du 20e arrondissement qu’a eu lieu le dernier conseil d’arrondissement de l’année. Un ordre du jour chargé, comme souvent ; seules seront discutées les délibérations pour lesquelles un conseiller d’arrondissement a demandé la parole préalablement à la séance. Une dizaine de personnes dans le public, dont deux membres de notre groupe local.

Parmi les délibérations votées pour lesquelles nos élu-e-s sont intervenu-e-s :

– La traverse de Charonne en marche arrière

La ville de Paris propose de raccourcir le trajet et les horaires d’ouverture pour faire des économies. S Von Gastrow a rappelé qu’au-delà de l’aspect budgétaire, la traverse de Charonne présente bien des avantages. Résultat d’une longue et fructueuse concertation avec les habitants et les usagers, c’est un service nécessaire pour les handicapés et très utile en journée pour toutes les générations. Si les usagers ne sont soi-disant pas assez nombreux, pour ce public-là, la traverse est un service indispensable.

R. Martin aussi a saisi l’occasion de défendre le maintien de la traverse de Charonne en soulignant son utilité pour combler les « trous » du réseau lors de la réorganisation des lignes de bus en cours.

La bataille continuera au Conseil de Paris.

– Restructuration du réseau de bus

Le réseau de bus, dont le plan n’a quasiment pas changé depuis les années 50 fait l’objet d’une refonte afin, d’une part, de mieux correspondre aux usages et, d’autre part, d’assurer l’accessibilité des transports en commun aux handicapés. Dans le 20e arrondissement, cela se traduira par une modification de la ligne 61 qui desservira ainsi le quartier Fougères ou encore par le prolongement de la ligne 20 jusqu’à la porte des Lilas. Le sujet est porté par R. Martin et les demandes émanent en partie de la réunion de concertation spécifique organisée le 16 novembre. En plus des aménagements de la rue et du boulevard de Belleville, la desserte avec Montreuil fait partie des demandes complémentaires de la mairie du 20e (ligne 215). Dans la perspective de l’amputation probable de la traverse de Charonne, un détour de la ligne 64 entre Gambetta et le Carrefour Pyrénées/Bagnolet est prévu pour éviter une perte sèche de desserte, même si le service ne sera pas équivalent.)

– Plan local de l’habitat

Le groupe s’est abstenu sur cette délibération, conformément à la position concertée du Groupe des Écologistes de Paris. J. Gleizes a exprimé les réserves des écologistes sur l’efficacité de cette mesure, prévoyant l’exonération du surloyer au titre du maintien de la mixité sociale dans l’habitat social.

– Rue Piat : l’installation d’une auberge de jeunesse dans le cadre de « Réinventer Paris » suscite des inquiétudes des riverains (notamment la capacité des sols du quartier à résister à un tel immeuble) et des questions sur son financement. La maire n’a pas voulu surseoir à la délibération et s’est déclarée très contente de ce projet. Elle a promis une concertation une fois le permis de construire déposé. Le groupe, qui souhaitait un report, n’a pas pris part au vote.

– Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain

Il s’agit d’un projet pour les quartiers des portes de Bagnolet et de Montreuil, qui aura un impact important et durable. L’occasion pour F. Guerrien de rappeler la vigilance de notre groupe à ce que les aménagements servent d’abord aux habitants actuels du quartier et que la lutte contre les pollutions (sonore, atmosphérique, …) est une priorité absolue. Le groupe a voté pour.

– « Du bleu dans les yeux ».

À l’occasion du vote de la convention avec cette nouvelle ressourcerie du 20e, A. Guhl a rappelé le travail des écologistes sur ce thème, et le soutien qu’elle y apporte dans le cadre de la politique pour l’économie circulaire à Paris.

Enfin trois vœux de consensus ont été adoptés :

– donner le nom de Thomas Sankara (révolutionnaire et ancien président burkinabé) à un lieu du 20;

– obtenir le maintien du bureau de poste du boulevard Mortier, en travaillant avec le groupe La Poste, compte tenu de sa fonction sociale et de son importance dans le maillage territorial ;

– améliorer les critères d’attribution des aides lors des chantiers de réhabilitation pour qu’elles tiennent mieux compte de l’impact environnemental, dans le cadre du plan climat. Ce vœu issu d’une proposition des écologistes a été adopté à l’unanimité.

Continuités Urbaines Vie de Quartier
place Gambetta Carte